RENOUER

Prendre soin des terres artficialisées avec une plante « invasive ».

Le projet de recherche

classée parmi les 100 espèces préoccupantes de l’UICN (l’Union internationale pour la conservation de la nature) Les grandes renouées (complexes hybrides Fallopia) se reproduisent par bouturage. Leurs rhizomes contenus dans les sols se trouvent disséminés en partie par les cours d’eau mais aussi et surtout par le déplacement des remblais.

Capables de s’adapter dans des sols appauvris ou pollués, elles n’en sont néanmoins pas l’indicateur au sens d’une bioindication.  Leur présence proliférante est pour autant un stigmate d’une artificialisation des sols. Situées à la frontières d’enjeux conflictuels – conservation des espèces, dynamiques évolutives, adaptation au changement climatique, aménagement du territoire,… – ses populations de plantes peuvent-elles être un intermédiaire, un partenaire de recherche pour nous aider à prendre soins des sols anthropisés et à mieux comprendre les phénomènes d’artificialisation qui les font advenir ? 

 

 

Pour nous contacter

contact@renouer.org

14 + 10 =

Les parties prenantes

 

Jean-Sébastien Poncet est l’initiateur de ce projet. Designer, il vit et travaille à Saint-Etienne depuis 2010. L’expérience familiale de l’élevage l’oriente vers une pratique exploratoire des paysages agricoles puis des tiers paysages. Il explore par la suite les conditions d’un design paysan pour lequel il tente de transposer les pratiques communalistes des subsistances paysannes dans la démarche de conception.

Le designer paysan s’attache à concevoir des conditions de cohabitations élargies entre humains et non humains. Il conçoit des tiers objets. Cousins proches des objets frontières, ils cristallisent des conflits d’usage entre des parties prenantes humaines et/ou non humaines. Inscrits dans le processus itératif de design, ils permettent de représenter ces parties prenantes dans la mise en forme des communs.

Ce travail sur les communs l’inscrit dans une pratique relationnelle pour laquelle implication habitante et architecture vivante deviennent les pièces constructives d’une pratique de dessin des espaces et des situations.

C’est en marge d’un projet de commande en espace public en 2017, qu’il décide d’entreprendre des recherches sur le métabolisme des sols urbains qui prennent sens et forme notamment avec le projet « renouer ».

Dans le but de faire cohabiter savoirs paysans et scientifiques, Renouer mobilise le concours de plusieurs parties prenantes, scientifiques, artistiques, associatives et académiques.

Artistes associés

Julien Ouguergouse, réalisateur documentaire.

Delphine Thouilleux, conteuse.

Clémence Mathieu, Paysagiste.

Magalie Rastello &  Marcello Valente, designer.

Pascaline de Glo de Besse, designer.

Lucie Havel, artiste plasticienne.

Carlos Perez Rojas, réalisateur documentaire.

Tom Quin, architecte.

Chercheur.se.es associés

Delphine Hyvrier, designer et doctorante en design.

Florence Piola, Biologie moléculaire, enseignante chercheuse, LEHNA.

Olivier Faure, biologiste, enseignant chercheur, EVS (UMR 5600), Université Jean Monnet & Ecole des mines de Saint-Etienne.

Mathieu Scattolin, biologiste, docteur en génie de l’environnement.

Steve Peuble, géologue spécialisé en chimie minérale, responsable du plateau “Spectroscopie et Analyse Chimique”, EVS (UMR 5600), Ecole des mines de Saint-Etienne. 

Frédéric Paran, hydrologue, ingénieur de recherche, EVS (UMR 5600), Ecole des mines de Saint-Etienne.

Karine Vanthuyne, anthropologue, enseignante chercheuse, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa.

 

Associations complices

Amicale Laïque du Crêt de Roc, Compost’ond, Les Ramasilles, Le Goût du Sauvage, La Ferme en Chantier, Eco & co, écopaturage.

Association Zutique

 

Formations associées

Master 2 Altervilles « Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles » – Université Jean Monet, Science Po Lyon.

Cydre Cycle design de recherche ESADSE

 

ENSA Dijon
Atelier de Recherche et Création Terre commune