Sélectionner une page

RENOUER

Le projet « Renouer » initié par le designer Jean-Sébastien Poncet est porté au sein du Deep Design Lab – Explorations profondes des matérialités et des représentations visuelles de l’Anthropocène, un partenariat entre la Cité du design et l’Ecole Urbaine de Lyon.

Cultiver la terre des villes avec une plante « invasive ».

Le projet de recherche

À Saint-Etienne, les sols archivent les transformations environnementales provoquées par l’action humaine. Comment le design peut-il contribuer à rendre (à nouveau) habitables ces paysages altérés ? Comment instaurer un nouveau «contrat» de cohabitation entre humain et non-humain ?

Avec “Renouer”, Jean-Sébastien Poncet étudie différents systèmes de production agricole pour concevoir une nouvelle forme – nomade & opportuniste – de la ferme dans l’espace urbain anthropocène. Pour cela, le designer travaille en collaboration avec une plante exotique dite “invasive”. La renouée du Japon aime nos sols post-industriels et pourrait jouer un rôle dans leur dépollution. En suivant les saisonnalités et mobilités de cette plante, la ferme urbaine des renouées du Japon active l’hypothèse de fabrication de sols fertiles pour un monde post-anthropocène.

 

Expérimentation du 6 avril au 10 juillet 2022

Avec l’aide des renouées présentes dans plusieurs interstices urbains, Jean-Sébastien Poncet expérimentera une pratique de coproduction des sols avec les habitants du quartier Crêt de Roc. Basée dans une friche urbaine, la ferme tentera de déployer ses pratiques de soin sur les terrains où se trouvent des renouées. Cette configuration permet de tester les conditions de fermage et les mobilités du système dans un périmètre ramassé mais néanmoins varié puisqu’il comporte différentes formes urbaines d’inscription de la plante ( friche, espaces verts, lisières des jardins familiaux, bordure de voies SNCF, remblais de construction,… ).

Au travers de trois gestes techniques ritualisés et collectifs – faner, broyer, composter – sont questionnés par le design des outils et des pratiques culturales, les conventions d’usage des sols et le devenir de ces parcelles avec les habitants, les aménageurs et les scientifiques parties prenantes du projet.

Les évènements à venir

La ferme est ouverte au public tous les vendredi. Et en permanence, accédez à la balladodiffusion dans le domaine de la ferme, plus d’info ici.

Le rendez-vous des évènements à lieu à la friche Charvin, située au 59 rue Neyron à Saint-Étienne. Pour les Banquets des Terriens et la Fenaison, inscriptions obligatoires par mail.

Pour nous contacter

contact@renouer.org

7 + 15 =

Les parties prenantes

 

Jean-Sébastien Poncet est l’initiateur de ce projet. Designer, il vit et travaille à Saint-Etienne depuis 2010. L’expérience familiale de l’élevage l’oriente vers une pratique exploratoire des paysages agricoles puis des tiers paysages. Il explore par la suite les conditions d’un design paysan pour lequel il tente de transposer les pratiques communalistes des subsistances paysannes dans la démarche de conception.

Le designer paysan s’attache à concevoir des conditions de cohabitations élargies entre humains et non humains. Il conçoit des tiers objets. Cousins proches des objets frontières, ils cristallisent des conflits d’usage entre des parties prenantes humaines et/ou non humaines. Inscrits dans le processus itératif de design, ils permettent de représenter ces parties prenantes dans la mise en forme des communs.

Ce travail sur les communs l’inscrit dans une pratique relationnelle pour laquelle implication habitante et architecture vivante deviennent les pièces constructives d’une pratique de dessin des espaces et des situations.

C’est en marge d’un projet de commande en espace public en 2017, qu’il décide d’entreprendre des recherches sur le métabolisme des sols urbains qui prennent sens et forme notamment avec le projet « renouer ».

Dans le but de faire cohabiter savoirs paysans et scientifiques, Renouer mobilise le concours de plusieurs parties prenantes, scientifiques, artistiques, associatives et académiques.

Artistes associés

Julien Ouguergouse, réalisateur documentaire.

Delphine Thouilleux, conteuse.

Clémence Mathieu, Paysagiste.

Magalie Rastello &  Marcello Valente, designer.

Pascaline de Glo de Besse, designer.

Lucie Havel, artiste plasticienne.

Carlos Perez Rojas, réalisateur documentaire.

Tom Quin, architecte.

Chercheur.se.es associés

Delphine Hyvrier, designer et doctorante en design.

Florence Piola, Biologie moléculaire, enseignante chercheuse, LEHNA.

Olivier Faure, biologiste, enseignant chercheur, EVS (UMR 5600), Université Jean Monnet & Ecole des mines de Saint-Etienne.

Mathieu Scattolin, biologiste, docteur en génie de l’environnement.

Steve Peuble, géologue spécialisé en chimie minérale, responsable du plateau “Spectroscopie et Analyse Chimique”, EVS (UMR 5600), Ecole des mines de Saint-Etienne. 

Frédéric Paran, hydrologue, ingénieur de recherche, EVS (UMR 5600), Ecole des mines de Saint-Etienne.

Karine Vanthuyne, anthropologue, enseignante chercheuse, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa.

 

Associations complices

Amicale Laïque du Crêt de Roc, Compost’ond, Les Ramasilles, Le Goût du Sauvage, La Ferme en Chantier, Eco & co, écopaturage.

 

Formations associées

Master 2 Altervilles « Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles » – Université Jean Monet, Science Po Lyon.

Cydre Cycle design de recherche ESADSE

Crée en septembre 2019, le “Deep Design Lab ― Explorations profondes des matérialités et des représentations visuelles de l’Anthropocène est un studio de design-recherche à la Cité du design Saint-Étienne, en collaboration avec l’École urbaine de Lyon. Il explore des artefacts qui organisent les relations entre l’Homme occidental et la nature dans le cadre du concept d’Anthropocène ― concept qui désigne l’activité humaine comme puissance géologique. Le terme « deep » renvoie à un design « profond » qui défie la vision moderne et coloniale du design (et du monde). En questionnant la performativité du design et sa capacité à créer des valeurs sociales et politiques, les projets menés au sein du “Deep Design Lab” cherchent à générer, à travers des objets et des images, des attitudes non-anthropocentriques.

L’École Urbaine de Lyon, portée par l’Université de Lyon, est un programme « Institut Convergences » créé en juin 2017 dans le cadre du Plan d’Investissement d’Avenir par le Commissariat Général à l’Investissement. À travers son projet interdisciplinaire expérimental de recherche, de formation doctorale et de valorisation des savoirs scientifiques, l’École urbaine de Lyon ambitionne d’innover en constituant un domaine nouveau de connaissance et d’expertise : l’urbain anthropocène.